Le Cactus de Citroën ne pique pas


CONCEPT-CAR — Ce Cactus-là ne pique pas. Ni les yeux ni les doigts puisque cette Citroën d’une originalité totale cherche à faire simple sans sacrifier ni l’esthétique ni le confort. Préfiguration d’un modèle à venir l’an prochain.


Elle se prénomme Cactus mais n’est pas hérissée de piquants. Au contraire, cette Citroën expérimentale réfute toute notion d’agressivité et s’enveloppe de formes douces. Pour une fois, les apparences ne sont pas trompeuses puisque les bandeaux gris de protection “Airbumps” de sa carrosserie joufflue sont constitués de petits coussins d’air retenus par une peau souple personnalisable. Original, amusant et plus léger que des boucliers classiques.




Tout le reste de la voiture est à l’avenant, l’originalité servant ici la recherche d’une simplicité réjouissante, affranchie de toute austérité. Tandis que la notion de voiture à bas coût hérisse le poil des constructeurs automobiles, très attachés à leur image de marque, Citroën a fait preuve de pragmatisme en choisissant une stratégie claire, à trois voies. Dorénavant bien établie dans le premium grâce à sa fameuse “ligne DS”, la marque au Double Chevron s’ouvre au marché tout aussi florissant de la voiture dite “essentielle” (un “low-cost” qui ne veut pas le dire). Le premier membre de cette famille Citroën est attendu dans les concessions dans le courant de l’année prochaine, sans doute sous le nom de Citroën C4 Cactus.


L’étude Cactus concentre toutes les solutions imaginées par les designers et ingénieurs Citroën pour “se débarrasser du superflu et donner plus de valeur à tout ce qui participe au bien-être“. L’objectif d’une sobriété inégalée a conduit à Citroën dans une quête d’allègement et d’efficacité aérodynamique qui a imposé d’explorer de nouvelles solutions en termes de construction et de design. Voilà une approche qui remémorera aux plus anciens la frêle Citroën AX, une auto qui, en 1986, parvint à trouver le juste équilibre entre légèreté et fragilité, entre sobriété et ascétisme. L’étude Cactus y ajoute un design iconoclaste qui cherche autant à échapper aux modes qui passent qu’à exprimer ses convictions écologistes.


Avec ses 4,21 mètres de long et son allure de véhicule de plage, la Citroën Cactus se veut une alternative libérée — dans la forme comme dans l’esprit — aux Peugeot  2008 , Renault Captur  et Opel Mokka. Pour tirer les prix vers le bas et garantir une faible masse à l’engin, le poste de conduite a été simplifié à l’extrême. Toutes les commandes ont été concentrées autour d’un écran tactile de 8 pouces qui présente le double avantage d’être dans l’air du temps et de remplacer toute une collection de boutons poussoirs encombrants et chers. Sous couvert de composer une ambiance chic et décontractée, des matériaux naturels ont été choisis pour la planche de bord et la sellerie. On imagine mal cependant comment ce cuir magnifique (procédé de tannage végétal) pourrait orner une version de série à coût raisonnable.


La motorisation elle aussi ne sera pas de la partie au lancement commercial du Cactus. Le système Hybrid Air en est encore à la phase expérimentale. Présenté en février dernier, il associe le trois-cylindres 1.2 VTi essence atmosphérique une pompe hydraulique qui emmagasine de l’huile sous pression dans un réservoir d’azote situé sous le plancher. En phase d’accélération, cette huile sous pression vient alimenter un moteur hydraulique d’appoint, une simple pompe qui vient ajouter son couple à celui du 3-cylindres essence.


Le système Hybrid Air colle parfaitement à l’esprit de simplicité du Cactus puisque le coût de son accumulateur et de sa pompe hydraulique sont réputés inférieurs à ceux de la batterie additionnelle et de la machine électrique des modes d’hybridation traditionnels.

 


Source: http://automobile.challenges.fr/concept-cars/20130905.LQA5039/le-cactus-de-citroen-ne-pique-pas.html